Les chirurgiens-dentistes « médecins malgré eux »


breve humour Nombre de chirurgiens-dentistes viennent de recevoir un courriel de leur caisse d’Assurance maladie leur demandant de déclarer avant le 31/01/2018 certains indicateurs liés à la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP).
L’Assurance maladie aurait-elle mis la charrue avant les bœufs ? En effet, la ROSP fait partie des thèmes de l’actuelle négociation conventionnelle des chirurgiens-dentistes… toujours pas finalisée.


Ou bien y aurait-il des clauses cachées dans le Règlement arbitral en place depuis le 01/01/2017 qui ferait bénéficier les chirurgiens-dentistes de cette rémunération inscrite dans la convention médicale ?


Mystère…


En attendant, les chirurgiens-dentistes qui ont reçu ce message sont invités à écrire à leur CPAM :


« J’ai reçu par mail un message intitulé « Déclaration indicateurs ROSP et forfait structure.
Jusqu’à ce jour, je pensais que cette disposition ne concernait pas les chirurgiens-dentistes. Pour répondre à votre demande, je me suis connecté sur mon compte Ameli Pro… et n’ai pas trouvé le service déclaratif indiqué dans votre mode d’emploi joint.
Merci de me donner les indications nécessaires… à moins qu’il ne s’agisse d’une erreur ?
Si c’est le cas, j’ose espérer une indulgence de votre part lorsque vous infligerez des pénalités à des confrères ayant eux-mêmes commis des erreurs administratives. »

 

 

Accès partiel : la CNSD, avec plusieurs syndicats, dépose un recours


Un recours contre les textes ouvrant la voie à l’exercice partiel a été déposé au Conseil d’État le 29 décembre par les principaux syndicats représentatifs des professions de santé : chirurgiens-dentistes (CNSD, UD), médecins (CSMF, SML), biologistes (SDB, SLBC), et pharmaciens (FSPF). Ce recours a reçu l’appui du Centre national des professions libérales de santé (CNPS), qui rappelle l’importance de ce combat pour l’avenir de la qualité des soins en France.
 
Le feuilleton de l’accès partiel, nouvelle menace sur la qualité de notre système de santé, n’est hélas pas terminé.
 
L’ordonnance du 19 janvier 2017 visant à transposer la directive qualifications professionnelles avait déclenché, au moment de sa phase préparatoire, les protestations de nombreuses organisations syndicales professionnelles. Grâce notamment à l’action de la CNSD, le texte initial avait pu être modifié favorablement, afin que soient exclues du champ d’application de la directive les professions dites sectorielles, à savoir, dans le secteur de la santé, les professions de vétérinaire, médecin, infirmier, pharmacien, sage-femme et chirurgien-dentiste.
 
L’ordonnance, bien que publiée, devant faire l’objet d’une ratification par le Parlement, a donné lieu à un projet de loi de ratification discuté devant les deux Chambres (à l’Assemblée nationale fin juillet, et au Sénat mi-octobre). 

Le Sénat supprime l'accès partiel

Considérant les « risques pesant sur la cohérence, la qualité, et la sécurité de notre système de soins », la commission des Affaires sociales du Sénat avait, avec sagesse, adopté un amendement unique excluant de l’ordonnance les dispositions mettant en place l’accès partiel. En deuxième lecture, les députés sont revenus sur la version adoptée par le Sénat. Le texte, passé devant une Commission mixte paritaire le 5 décembre, à l’issue de laquelle aucun accord n’a été trouvé, doit repasser en nouvelle lecture devant les deux assemblées.
 
Malgré l’avis du Sénat, et les protestions répétées et justifiées des professionnels de santé, le gouvernement n’a pas attendu la fin des débats parlementaires pour faire passer dans la réglementation plusieurs mesures d’application de cette ordonnance, par le biais d’un décret et de deux arrêtés. Il s’agit d’une véritable capitulation du gouvernement, face à la pression de Bruxelles, dénoncée aussitôt par les professionnels de santé.
 
Par ce recours, les syndicats associés demandent donc l’annulation de ces trois textes :
  1. le décret 2017-1520 du 2 novembre 2017 créant, dans le code de la Santé publique, une section « accès partiel », pour non-conformité à la directive 2005/36/CE.
  2. l’arrêté du 4 décembre 2017 relatif à la déclaration préalable de prestation de services pour les professions médicales et les pharmaciens.
  3. l’arrêté du 8 décembre 2017 relatif à l’avis rendu par les commissions d’autorisation d’exercice ou par les ordres des professions de santé en cas d’accès partiel à une profession dans le domaine de la santé.


 

Orientation des jeunes : le CESE lance une consultation

 

consultation cese unaplLe Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), dont l’UNAPL est l’une des organisations membres, a récemment lancé une plateforme consultative en ligne sur le thème : « Orientation des jeunes, quelles solutions ? »

 

La consultation « Orientation des jeunes, quelles solutions ? » viendra nourrir le projet d’avis « L’orientation des jeunes » qui sera soumis au vote de l’assemblée plénière du CESE le 11 avril prochain.

 

La consultation portera sur six thématiques :

  • Comment faciliter l’accès à la formation souhaitée ?
  • Comment éviter que les stéréotypes de sexe ne conditionnent les choix d’orientation ?
  • Comment mieux accompagner les jeunes dans leur parcours ?
  • Comment réduire le stress suscité par l’orientation ?
  • Comment faciliter l’insertion professionnelle des jeunes ?
  • Comment ne plus subir son orientation ?

 

L’inscription est obligatoire pour pouvoir participer à la consultation, permettant ainsi de :

  • Voter sur les propositions formulées par le CESE et sur les propositions et arguments des autres contributeurs.
  • Argumenter sur les propositions formulées par le CESE et sur les propositions des autres contributeurs.
  • Proposer des causes supplémentaires qui pourraient être à l'origine des problèmes identifiés par le CESE et des pistes de solutions permettant d'y répondre.
  • Référencer des sources d'informations supplémentaires que vous souhaitez soumettre à la communauté.

 

 

La plateforme est ouverte depuis le 8 janvier et fermera le 23 février 2018.


 

 

 

Site développé par Médialis