L'accès aux soins, c'est la CNSD !

 

tsoulie avr17 homeDésormais nous connaissons notre nouvelle ministre de tutelle que nous félicitons pour sa nomination à un poste sensible et nous lui souhaitons de réussir au mieux des intérêts des patients dont elle est en quelque sorte la garante de l’accès aux soins. Mais nous lui rappelons qu’elle doit être aussi «la ministre des docteurs», ce qui n’est pas incompatible avec le principe d’accès aux soins.


C’est d’ailleurs un des fondamentaux de la CNSD, dont la politique ne dissocie pas ce droit essentiel de celui des praticiens, à condition qu’il soit entouré d’un minimum de considération.

Or, c’est bien cette considération qui a ostensiblement fait défaut à la précédesseure d’Agnès Buzyn qui ne devra pas réitérer l’erreur de décider d’une politique de santé sans consulter, ni surtout écouter, celles et ceux qui en ont médicalement la charge.

C’est ainsi que le tiers-payant généralisé obligatoire a été mis en place sans se soucier des problèmes qu’il allait engendrer chez les professionnels de santé en général, et chez les chirurgiens-dentistes en particulier. Que la complémentaire santé pour tous s’avère être un recul social dans la mesure où de plus en plus de patients jadis bien remboursés, ne le sont plus aujourd’hui. Que le blocage des actes du panier de soins CMU-C déjà difficile à supporter pour les praticiens qui travaillent dans des bassins à fort taux de bénéficiaires de ce dispositif, deviendra vite insupportable en l’étendant aux patients bénéficiaires de l’ACS : c’est l’assurance de jachères dentaires à moyen terme dans des zones où il y a d’énormes besoins de soins. Et « cerise sur le gâteau », ce délétère règlement arbitral punitif venu sanctionner une négociation préalablement pipée, poussant la CNSD en premier, à refuser un deal inacceptable…à se demander si ce n’était pas prémédité !

 

Si cet édito a commencé par évoquer le principe de l'«accès aux soins», il nous faut maintenant vous interpeller directement, Madame la Ministre, car justement la CNSD défend ce principe, porte haut les valeurs de solidarité et est encline à travailler avec vous dans ce sens.

 

Premier syndicat dentaire en nombre d’adhérents, nous revendiquons un syndicalisme constructif au service de la société, très loin des corporatismes stériles qui n’aboutissent jamais à rien. Mais service n’est pas synonyme d’asservissement.

 

Vous semblez animée d’intentions louables, et nous sommes prêts à travailler avec vous, même si nous savons que ce ne sera pas simple.
Mais il y a toujours une voie médiane qui permet à chacun d’avancer, sans que la profession ne soit le dindon d’une nouvelle farce chaque fois qu’elle soulève les vrais problèmes et que, par médias interposés, lui soit opposée une situation de prétendus nantis aussi injuste qu’injustifiée.

 

Pour cela, il faudra redéfinir les périmètres de prise en charge des assurances obligatoires et complémentaires. Si régulation il devait y avoir sur certains honoraires pour permettre un meilleur accès aux soins, il faudra dans le même temps accepter des libertés pour permettre le progrès en matière de qualité, de sécurité et même d’écologie dentaire, sources d’économies.


Mais avant tout, il faudra revoir les honoraires aujourd’hui contraints, et investir dans les techniques d’avenir à présent médicalement reconnues, qui font la preuve de leur efficience et qui sont enseignées dans nos universités, ce qui suppose en préalable de revenir sur ce désastreux règlement arbitral.

 

Cela demandera du courage, car bousculer les idées reçues et entreprendre les réformes nécessaires sont toujours de belles intentions sur du papier, beaucoup plus délicates à mettre en œuvre.

 

Mais nous y sommes prêts, la CNSD est l’interlocuteur capable d’initier un projet cohérent : nous aussi, nous sommes en marche !

 

Dr Thierry Soulié
Secrétaire général
@thierrylmsoulie

 

Site développé par Médialis