Si j'avais un milliard...

 

thierry soulie sept15

« Honnêtement, aujourd'hui, je n'ai pas d'argent, je n'ai pas les ressources pour mettre en place l'extension de la prise en charge par l'Assurance maladie de certains soins. Mais si j'avais un milliard d'euros [supplémentaire], je le mettrais sur la prise en charge des soins dentaires par l'Assurance maladie ». Ces mots ne sont pas de nous, mais de la ministre de la Santé, qui précise que « contrairement à ce que certains disent parfois dans les débats, en s'emballant, le système des complémentaires n'est pas un système solidaire », « il n'est pas construit pour l'être », contrairement à l'Assurance maladie, et d'enfoncer le clou : « On vous demande des cotisations différentes suivant votre âge, vos pathologies... et selon le contrat que vous prenez ».

 

« Enfin ! » aurions-nous envie de dire. Enfin une ministre qui reconnaît que si elle avait de l'argent elle le mettrait sur les soins dentaires et que cette discipline trop longtemps délaissée constitue une priorité de santé publique, ce que nous n'avons jamais cessé de répéter. Enfin une ministre qui a le courage de dire que les assurances complémentaires ne sont pas des organismes basés sur la solidarité et que leur activité fondée sur la gestion économique du risque s'accommode peu avec la déontologie et l'éthique. Mais alors pourquoi avoir toléré la mise en place de la loi Le Roux, loi liberticide en termes de choix thérapeutique, qui, si l'on n'y prend garde, aura de nombreux effets secondaires délétères ?

Lire la suite...

Secousses à la Cour des comptes

 

cm aout2014 2D'habitude, c'est elle qui secoue, par son rapport public annuel, catalogue du gaspillage de l'argent public dont se délectent les médias. La Cour des comptes née sous Napoléon 1er trouve ses origines au Moyen-Âge. Longtemps elle a été « au service du roi pour vérifier que ses serviteurs ne le volent pas, aujourd'hui elle est au service des citoyens pour vérifier que le roi ne les vole pas ».


La surveillance des comptes de la Sécurité sociale fait aussi partie de ses missions constitutionnelles : c'est ainsi que, tous les mois de septembre, est publié un rapport sur l'application des lois de financement de la Sécurité sociale, qui contient à chaque fois quelques sujets phares ... comme le financement des soins bucco-dentaires choisi pour l'édition 2016.

Lire la suite...

Un an !

 

thierry soulie sept15À un an de l'élection présidentielle, il est, opportun de dresser un premier bilan de la politique menée par le gouvernement en matière de santé, tout particulièrement celle engagée sous la direction de Marisol Touraine dans le domaine bucco-dentaire. Nous aurions aimé dire qu'il est bon, voire contrasté, mais hélas, force est de reconnaître que le constat est accablant, pour ne pas dire consternant.

 

Certes, nous avons enregistré des avancées par l'application des mesures contenues dans les avenants n° 2 et 3 telles que le C à 23 €, la revalorisation des EBD, la majoration des lettresclés DOM, des mesures incitatives démographiques en faveur des zones très sous-dotées, ainsi que le passage en CCAM accompagnée de revalorisations des cavités une et deux faces et de toutes les évolutions structurelles, etc., mais ces mesures encore trop insuffisantes, avaient été actées par le gouvernement précédent. Tout juste peut-on « remercier » la ministre d'avoir respecté les engagements pris par son prédécesseur.

Lire la suite...

Quatre fois sept = 28

 

cm aout2014 2On dit qu'une destinée humaine évolue par cycles de sept ans. Chaque cycle s'achève par une crise qui fait passer à l'étape au-dessus (Bernard Werber, Nouvelle Encyclopédie du savoir relatif et absolu).

 

4 x 7 = 28... cela fait 28 ans (1988 !) que la base de remboursement des actes de prothèse et d'orthodontie est figée avec pour conséquences : l'aggravation des déséquilibres des honoraires dentaires et des difficultés d'accès aux soins qui interpellent la société. Souvenons-nous...

Lire la suite...

La CNSD attend des engagements clairs !

thierry soulie sept15L’accès aux soins est un droit pour les patients. C’est une très bonne chose, mais force est de constater que la situation est loin d’être idyllique, du moins dans le domaine bucco-dentaire. On peut même affirmer que, loin de s’améliorer, elle s’aggrave et qu’en imaginant que l’autorégulation par la concurrence permettrait de garantir un meilleur accès aux soins aux patients, les analystes, les décideurs, les médias et tous les bien-pensants se sont lourdement trompés.

 

Ce processus de dégradation a commencé il y a une trentaine d’années, lors de la dissociation des lettres-clés. Il s’est poursuivi par le blocage de celles de la prothèse et de l’orthodontie dont nous « fêterons » dans quelques jours le peu glorieux 28e anniversaire. Face à l’augmentation des charges et des obligations, ainsi que la persistance des blocages tarifaires des actes opposables, les honoraires libres ne pouvaient faire autre chose que suivre la courbe de l’inflation, tant et si bien que l’accès aux soins devint, dans un premier temps, de plus en plus difficile pour les plus démunis d’entre nous. C’est ainsi que naquit la CMU-C en 2000 qui, en quelque sorte, fut le révélateur d’une insuffisance et l’aveu à peine déguisé d’un échec dans notre secteur en matière de santé basé sur la solidarité nationale. Et le début d’une segmentation de la prise en charge au sein de la société.

Lire la suite...

Les masques tombent

 

cm aout2014 2Depuis 6 ans, la CNSD s'inquiétait du vide règlementaire créé par la loi HPST permettant aux centres de santé de s'implanter sans autorisation préalable et sans justifier de leur conformité aux obligations.


Depuis 6 ans, la CNSD alertait les pouvoirs publics et les médias sur la dangerosité des centres dentaires low-cost qui fonctionnent comme des commerces.


Les seules réactions : suspicion des journalistes sur notre défense corporatiste des seuls cabinets libéraux et désinvolture des pouvoirs publics, persuadés que l'essentiel c'est de faire baisser les tarifs.
Personne n'a voulu entendre nos alertes.
Personne ne s'est demandé si baisser les prix pouvait se faire sans contreparties (qualité, sécurité, surtraitement, marchandisation, sélection, discrimination). Personne ne veut sortir des lieux communs : si les actes dentaires sont trop chers, c'est parce que les chirurgiens-dentistes sont trop gourmands et les low-cost sont les chevaliers blancs du système ! Personne ne veut accepter que la confiscation des seuls actes rémunérateurs mette en péril l'équilibre économique des cabinets dentaires ouverts à tous, présents sur tout le territoire. Et personne n'admet que la marchandisation de la santé aggrave cruellement les inégalités sociales et multiplie les obstacles à l'accès aux soins pour tous.


Aujourd'hui, les masques tombent. Les « sauveurs de la santé publique » montrent leur vrai visage. La détresse de centaines de patients-victimes a retourné les médias. Leurs plaintes dénoncent des mutilations, des sur-traitements, des escroqueries... Un collectif de patients a vu le jour et envisage une action de groupe.

Lire la suite...

Représentativité patronale et dialogue social

 

mfga carrouselContrairement à ce qui se passe pour les salariés dont l’audience est établie suivant un processus électif, côté patronal, pour ne pas gêner le Medef, le législateur a retenu le principe de l’adhésion pour mesurer l’audience des organisations, y compris dans les branches.

 

La CNSD sera bien évidemment candidate à cette représentativité qu’elle devrait en toute logique obtenir, puisqu’elle remplit les critères demandés et qu’elle est le premier syndicat des chirurgiens-dentistes libéraux en termes d’adhérents.

 

Défendre les intérêts des employeurs et poursuivre, par un dialogue social construit avec les représentants des salariés, une politique sociale de branche qui permette une véritable attractivité pour les métiers que nous proposons, organiser des relations sociales collectives en rapport avec son temps et préfigurer l’avenir, ce sont les enjeux que la CNSD continuera à défendre en Commission paritaire de branche (CPN) où se négocient accords et avenants à la convention collective.

Lire la suite...

Site développé par Médialis