Réseaux : attention, danger !

 

ts aout2014 1Récemment, une revue dentaire québécoise recueillait le témoignage de deux praticiens expatriés aux USA qui faisaient part de leur expérience dans un environnement où les assureurs privés font (surtout) la pluie et (rarement) le beau temps dans le quotidien du chirurgien-dentiste.

 

Nous y apprenons, on devrait dire, nous avons la confirmation que les praticiens contractant avec ces compagnies sont soumis à des contraintes dont ils ont bien du mal à se défaire dès lors qu'ils sont entrés dans les mailles de réseaux tissés par ces sociétés. Tarifs imposés calculés sur des moyennes régionales sans cesse revus à la baisse, honoraires variant non plus en fonction des exigences médicales mais de celles de l'organisme assuranciel, tant et si bien que la question du patient n'est pas de connaître le montant de l'honoraire mais de savoir si le praticien « fait affaire avec son assureur » ! Sans parler des prestations différenciées en fonction de l'appartenance ou non du chirurgien-dentiste au réseau. Tout ceci reflète le désenchantement d'un confrère et d'une consœur partis tenter l'aventure aux USA, qui se termine par le constat que les «assureurs sont très envahissants, que la complexité du système est énorme », et qu'ils souhaitent rentrer au pays car « il y a clairement des risques et des conséquences à signer une entente directement avec les assureurs ».

Lire la suite...

Rassembler les morceaux du puzzle

 

cm janv2015Où veut vraiment aller le gouvernement ?

 

Quel système de santé est-il en train de construire ?

 

N’a-t-il pas cherché à brouiller les pistes par une présentation simpliste du projet de loi de santé ?

 

 

 

Reprenons, une par une, quelques lois ou dispositions adoptées récemment :

 

- Réseaux de soins :

Ils passent insidieusement de payeurs aveugles à gestionnaires du risque dans les secteurs où les organismes complémentaires prennent le relais de l’assurance maladie obligatoire sur le remboursement de prestations pas ou peu remboursées (dentaire, optique et audioprothèses). Pour limiter leurs coûts et les restes à charge des patients, les réseaux mettent en place des conventions individuelles avec les praticiens.

Lire la suite...

Le TPG en dentaire : coût + complexité + inefficacité = NON !

 

ts1Ce n’est pas un hasard si, pour la première fois depuis très longtemps, toutes les professions de santé sont descendues dans la rue pour dire « non » au projet de loi concocté par Marisol Touraine avec, entre autres, la généralisation du tiers payant (TPG) présentée comme la mesure phare.

 

Malgré des propos qui se voulaient rassurants, la ministre n’a pu empêcher cette manifestation. Preuve s’il en est que le texte comporte de grands motifs d’inquiétudes et qu’il ne suffit pas de dire : « vous allez voir, tout va bien se passer » pour lever tous les doutes. Et ils sont nombreux ! Surtout quand on s’adresse à des professionnels de santé habitués à ce genre de discours destiné à faire avaler des couleuvres avec les résultats que l’on sait : blocages tarifaires, promesses non tenues, engagements non respectés et contraintes réglementaires toujours plus fortes.

Lire la suite...

La stratégie du cassoulet

 

cm dec2014Alors que la mobilisation des professionnels de santé contre le projet de loi battait son plein, alors que tous réclamaient une autre loi de santé, la ministre, @MarisolTouraine, twittait : « Le cassoulet parfois plus équilibré que le poisson cuisiné ? Contre-intuitif mais vrai. Avec la loi de santé, enfin des repères clairs ! » Parmi l’avalanche de commentaires qui a suivi, le plus pertinent et le plus drôle est sans nul doute celui de Dr Psy : « vous voulez dire que cette loi de santé est une usine à gaz » !

Ce tweet resterait anecdotique s’il ne mettait en évidence le décalage qui existe entre la vision dogmatique de nos politiques et la réalité du terrain. Certes, donner des repères nutritionnels est une bonne chose, mais ce n’est pas ça qui confortera notre système de santé.

Marisol Touraine a cependant réussi un exploit : unir contre son projet de loi toutes les professions de santé. Toutes réclament aujourd’hui « une autre loi de santé ». Toutes exigent d’être enfin écoutées et entendues. Toutes dénoncent l’absence de concertation et de dialogue. Toutes s’inquiètent de l’alourdissement des strates administratives et d’une mise sous tutelle étatique annoncée.

Lire la suite...

Concurrence... décryptage

cm aout2014 2Pour lutter contre les dérives d’un système, il est important d’en comprendre le mécanisme. Or, si la marchandisation de la santé bucco-dentaire se met en place insidieusement, c’est parce que les règles la favorisent, sans donner les moyens à ses victimes de se défendre. Le bien collectif supposé écrase les individus.

Lire la suite...

Occasion manquée

ts1Quelle ne fut pas votre surprise de recevoir le dernier CDF vous incitant à participer à la manifestation du 22 janvier dernier contre les lois Macron et Touraine et dans le même temps, apprendre que l’UNAPL, à la suite des attentats, a annulé ladite manifestation !

 

Vous devez savoir que, malgré la douleur, le choc, l’émotion – il est difficile de trouver les mots pour qualifier l’horreur de ce qui s’est passé – la CNSD avait décidé de poursuivre l’action. Parce que la vie continue et que s’arrêter serait donner quelque part raison à la terreur, parce nous considérons que notre combat est légitime et parce que l’ensemble des responsables locaux s’était fortement investi pour que cette « manif » soit une réussite. Il faut croire que cette vision n’a pas été comprise puisque le lendemain de la grande marche silencieuse, certaines professions nous faisaient savoir qu’elles ne participeraient pas à la manifestation. Il était trop tard pour vous prévenir, le CDF était déjà parti. Si nous comprenons les raisons qui ont poussé certains représentants à revenir sur leur décision, nous regrettons leurs tergiversations qui ont entraîné ce couac de communication. Mais là n’est pas le plus important.

Lire la suite...

Loi de santé... en l'état, ce sera non !

cm aout2014 2C'est devenu un rite, une tradition... un ministre de la Santé digne de ce nom doit laisser une trace sous forme de loi. En 2009, nous avons connu la loi « Hôpital, patients, santé, territoires » dite loi Bachelot. En 2015, nous aurons la loi Touraine. Avec, à chaque fois, une promesse de concertation large et ouverte.


En 2008, ce furent les ÉGOS (États généraux de l'organisation de la Santé). En 2013-2014, c'est la SNS (Stratégie nationale de Santé) pour refonder totalement notre système de santé. On retrouve à chaque fois des objectifs (combattre les injustices et les inégalités de santé et d'accès au système de soins) et des moyens semblables (régionalisation, prévention, organisation des soins autour des patients, garantie de l'égal accès, révolution du premier recours, coopération entre professionnels, pacte territoire santé, service public territorial de santé, nouveaux modes de rémunération, dispense d'avance de frais, nouveaux métiers de santé, etc.).

Lire la suite...

Site développé par Médialis