Réseaux de soins = détournement de patientèle


"Les confrères voyaient leurs patients détournés, partir vers d'autres confrères, sans qu'ils aient les moyens de réagir. Ils avaient un sentiment d'indignation et de colère, l'impression de se faire voler leurs patients par ces plateformes." (...)
Retrouvez l'intégralité de l'interview donnée par Catherine Mojaïsky à la journaliste Fanny Napolier du site d'information médicale, politique et économique santé Egora. Elle y livre sans concessions son analyse des réseaux de soins et revient sur le constat alarmant produit par l'Observatoire des réseaux de soins de la Confédération nationale des Syndicats Dentaires. 

Consultez dès maintenant l'article Réseaux de soins : "C'est du détournement de patientèle" sur le Site Egora le 6 octobre 2016

Sur le même thème :

30 mois après la mise en place de la Loi Le Roux cautionnant les réseaux de soins, la CNSD et l’Observatoire des réseaux de soins dressent un bilan sans concession. Sous couvert d’amélioration de l’accès de soins, c’est une atteinte aux libertés fondamentales des patients qui se met inéluctablement en place.

 
La baisse artificielle des tarifs de soins ne se fait pas sans dégâts. La preuve en a été apportée par le scandale Dentexia, low-cost qui a lésé des milliers de patients. C’est une démarche comparable qui guide les plateformes qui vendent chèrement leurs services aux assureurs complémentaires en leur promettant une maîtrise des coûts.
 
Au final, le constat est sans appel : les pratiques de plateformes dénommées « réseaux de soins » remettent fondamentalement en cause :
  • Le libre choix du patient
  • Le respect du secret médical
  • La liberté thérapeutique
  • L’indépendance professionnelle
  • La qualité des soins
La CNSD a toujours prôné le dialogue et la contractualisation avec les financeurs, que ce soient l’Assurance Maladie Obligatoire ou les Complémentaires. La Loi Le Roux a décidé de donner des pouvoirs exorbitants aux réseaux, sans qu’aucune Autorité de contrôle indépendante ne soit mise en place (on attend toujours le premier rapport de bilan annuel).
Au vu des constats, la CNSD demande une révision de cette loi qui bloque toute discussion constructive entre les professionnels de santé et les OCAM.
 
C’est par la négociation conventionnelle tripartite actuellement engagée que la CNSD tentera d’apporter des solutions aux désengagements constatés dans la prise en charge de la santé bucco-dentaire et à l’accès des Français à tous les soins, partout sur le territoire.
 



Site développé par Médialis