Hommage à Jean Jardiné

 

jean jardine decesLa profession vient de perdre une de ses grandes figures. Jean Jardiné vient de nous quitter. Il avait 96 ans.


Une grande figure de la profession disparaît. Durant 14 ans, de 1964 à 1978, il a été président de la Confédération nationale des syndicats dentaires. Son intelligence brillante, sa générosité sans limite, son autorité naturelle, mais aussi sa bonne humeur en faisaient une personnalité attachante très humaine. Il a fait montre d'une volonté inébranlable pour que notre profession soit reconnue comme une profession médicale possédant la plénitude de ses conditions d'exercice à une époque où quelques mandarins de la Médecine avaient placé la capacité professionnelle des chirurgiens-dentistes sous la tutelle des médecins stomatologistes. Il a été un syndicaliste déterminé et, par la force de ses convictions, un responsable très lucide.

 

Lorsque Jean Jardiné a été élu Président de la CNSD, les chirurgiens-dentistes ne possédaient pas de réels droits de prescription et une capacité professionnelle restreinte. Leurs actes étaient minorés par rapport à ceux de même nature exécutés par les médecins.


jean jardine 1Au cours de ses mandats, Jean Jardiné a compris que, dans une France en plein renouveau de l'après-guerre, il fallait sans cesse adapter nos exercices professionnels aux conditions sociales, économiques et fiscales. Succédant au président Rand, qui avait convaincu la CNSD de s'engager dans l'exercice libéral contractuel en signant des conventions avec les organismes sociaux. Jean Jardiné a continué dans cette voie contractuelle, avec les difficultés que l'on peut imaginer. Beaucoup de nos confrères, encore enfermés dans leurs habitudes, n'acceptaient pas les évolutions sociales pourtant inscrites dans la Constitution de notre pays. Des scissions syndicales sont intervenues face auxquelles il a fallu faire front avec autorité.

 

Sous la présidence de Jean Jardiné, la Confédération possédait encore les structures instaurées lors de sa création en 1935. Son conseil d'administration était composé de représentants régionaux qu'il fallait convaincre avant d'adopter une politique d'intérêt national. Jean Jardiné a su, tenir bon avec une équipe où régnait une amitié sans failles. Il était entouré de responsables de grande qualité comme Jacques Charron et Jean-Pierre Blanchet. Plus tard il a su prendre à ses côtés des responsables bouillonnant d'idées, tel Jacques Monnot.jean jardine 3


Ayant conscience que l'exercice libéral n'était pas considéré dans une époque emprunte de collectivisme, Jean Jardiné a été un fervent facteur d'union. C'est sous ses mandats qu'ont été créés, avec la puissance que lui conférerait son autorité confédérale, l'ADF, le Centre national des professions de santé, l'Union nationale des associations de professions libérales.

 

De ses longues années de présidence, il faut retenir que c'est sous son autorité que notre profession, dans un élan extraordinaire, a obtenu le doctorat de troisième cycle ouvrant les portes de l’Université. Certes la CNSD n'était pas seule à agir dans ces domaines mais la puissance de sa représentativité en constituait un pilier déterminant. Jean Jardiné a eu l'intelligence de prendre comme secrétaire général de la CNSD le sénateur Jean-Pierre Blanchet, rapporteur de la loi au Sénat instaurant le doctorat d'exercice en chirurgie dentaire. La CNSD a été le fer de lance de cette magnifique évolution professionnelle qui sera bientôt suivie de l'obtention d'une capacité professionnelle pleine et entière.


Soucieux d'insérer les cabinets dentaires dans l'évolution économique Jean Jardiné a, en 1976, confié à des jeunes chirurgiens-dentistes nouvellement élus au conseil d’administration de la CNSD des responsabilités dans les domaines cruciaux de la sécurité sociale, de la fiscalité et de l’action syndicale. Il avait conscience de préparer l’avenir confédéral.

 

C'est sous sa présidence qu'ont été mis en place l’assurance santé, les premières associations de gestion agréées, les séminaires de formation, la Commission nationale de qualification des assistantes (Cnqaos), la commission de réforme de la CNSD qui a préparé, en 1978, la structuration de la Confédération telle que nous la connaissons aujourd’hui.

jean jardine 2
C'est avec une grande élégance que, lors du 1er Congrès de la CNSD qui s’est réuni à Versailles en 1978, Jean Jardiné a quitté la présidence de la CNSD, apportant un soutien sans faille à son successeur Jacques Monnot et au nouveau bureau confédéral. Il a conservé sa primatie dans la Commission des affaires internationales de l’ADF.

 

Alsacien, ayant vécu des périodes difficiles, il a fait partie des "Malgré nous" enrôlés de force dans l'armée allemande. Plutôt que d'exprimer des ressentiments après cette dure expérience, il est devenu, en amoureux de la France, un européen convaincu. Parfaitement bilingue, il a très tôt, après la Guerre, entretenu avec nos confrères allemands des relations de sincère amitié. Animés par un profond désir de réconciliation, les échanges franco-allemands ont donné un magnifique élan aux institutions dentaires européennes et internationales. Ainsi s'est créée une connivence entre les confrères allemands et français faisant naître une véritable force au sein de la FDI.

jean jardine 4

Profondément respecté, Jean Jardiné en est devenu le Président au congrès de Tokyo en 1984.

 

Avec son épouse, il formait un couple fusionnel. Jean Jardiné aimait recevoir. C'était un réel plaisir de les rencontrer. Nous aimions évoquer avec lui les problèmes professionnels et recueillir ses avis toujours pertinents toujours chaleureusement exprimés.

 

Notre profession vient de perdre une de ses grandes personnalités. La CNSD est en deuil et elle prend part à la peine de son épouse et de sa famille.

 

Guy Robert
Secrétaire général d’honneur

 

Site développé par Médialis