Chirurgie orale : une spécialité qu’il faut pérenniser


specialite oraleLa chirurgie orale, l’une des trois spécialités dentaires, n’attire pas assez de jeunes praticiens actuellement en France. Plusieurs signes indiquent, en effet, que le nombre de praticiens choisissant cette spécialisation est en stagnation, laissant craindre à moyen terme une désaffection des jeunes chirurgiens-dentistes pour la chirurgie orale.
 
Contrairement aux premières années du concours de l’internat, les premiers étudiants reçus au concours ne choisissent plus la chirurgie orale. Cette spécialité fait partie des derniers choix, bien après la médecine bucco-dentaire (MBD).
 
Parmi tous les chirurgiens-dentistes ayant obtenu un avis favorable de la commission de qualification, 25 % ne se déclarent pas spécialistes. Le frein essentiel est l’impossibilité de coter la prothèse sur implants, qu’ils réalisent à la demande de leurs correspondants.
 
Il existe des différences importantes d’exercice entre chirurgiens oraux médecins et chirurgiens-dentistes. Les médecins n’ont aucune limitation d’exercice, ils peuvent réaliser tous les actes prothétiques qu’ils jugent nécessaires.
 
Afin de pérenniser l’exercice de la chirurgie orale en France, la CNSD s’est donc associée à la démarche formulée par le Syndicat national des chirurgiens oraux (SNCO), et a demandé à l’Ordre national des chirurgiens-dentistes, d’autoriser la pratique pleine et entière de la prothèse sur implants pour les spécialistes en chirurgie orale.

Cette démarche s’inscrit pleinement dans le sens des évolutions techniques de la prise en charge des patients.

Site développé par Médialis