Suppression des amalgames au mercure : la France dit "oui mais..."

carieLes associations de lobbying "Non au mercure dentaire" ou "l'Alliance Mondiale pour une dentisterie sans mercure" annoncent depuis plusieurs semaines sur leurs sites web la fin du mercure dentaire en France. L'occasion pour la Confédération de rectifier ces informations quelques peu éloignées de la réalité...


Car si les autorités françaises ont bien mentionné dans une note publiée le 26 avril dernier que la France "ne s'opposait pas à une suppression des amalgames au mercure dans le traitement de la maladie carieuse", rien à ce jour ne précise la fin de son utilisation !

Lire la suite...

Cone beam: quel libellé pour quelle cotation ?


cone-beamLa réunion de la Commission de hiérarchisation des actes ( CHAP ) et prestations des chirurgiens-dentistes du 20 juin dernier a été l’occasion d’étudier et de trouver une solution à une situation ubuesque dénoncée par la CNSD concernant les cone beam.

Cette CHAP dentaire a été également l’occasion d’aborder le problème d’une modification de nomenclature pour le moins anachronique concernant l’utilisation de la radiographique volumique par faisceau conique appelée plus communément cone beam.

Lire la suite...

Avenant n°2 : Finissons-en avec les contre-vérités

 

visuel-avenant2-fin
En réaction à la lettre de désinformation diffusée par l'UJCD-UD au sujet de l'avenant n°2, la CNSD a décidé d'apporter une réponse claire et précise aux contrevérités colportées, et de rappeler les aspects positifs de ce texte conventionnel. Plaquette 4 pages disponible en téléchargement...

 

 


L’UJCD-UD écrit :
Cet avenant se contente juste de valider en 2012 certains engagements de 2006 qui n’avaient pas été tenus (…) il n’apure pas, loin s’en faut, la convention de 2006.

FAUX : Tous les engagements actés et chiffrés dans la Convention de 2006 ont été respectés. Ce sont les promesses générales qui n’ont pas été tenues. La CNSD a transformé ces promesses en demandes concrètes chiffrées, qui ont abouti par la signature de l’avenant n° 2. Seule l'égalité de traitement avec les centres de santé dentaires reste en suspens.


L’UJCD-UD écrit :
C’est un avenant vide de sens et de contenu, néfaste pour la profession.

FAUX : L’avenant ne contient que des avancées. Si elles peuvent sembler minimes, il ne comporte rien de néfaste puisque la profession ne perd rien et qu’il n’y a aucune contrepartie. Que dire de l’UJCD-UD qui en 2006 a signé et défendu un texte où l’UNCAM apportait 66 millions d’euros, et qui dénigre aujourd’hui un avenant où l’UNCAM apporte 78 millions d’euros et ne nous prend rien ?

Lire la suite...

Les motions adoptées lors du Congrès

 

 

commissionsQuelles seront les orientations stratégiques et politiques de la Confédération pour les trois ans à venir ?  Le Congrès a voté vendredi 18 mai les premiers textes sur lesquels les quatre commissions nouvellement en place ont planché... Démographie, exercice libéral, animation confédérale, capacité professionnelle, CCAM, retraite, prévoyance, prévention, formation initiale, sur tous ces thèmes la Confédération vient de poser les bases de la politique confédérale que devra mener le nouveau bureau éxécutif sont posées...

Lire la suite...

Bilan : la défense de l'exercice

Puzzle"Toutes ces actions ne visaient qu’un seul objectif : consolider notre intégration au sein de la communauté médicale."

Lire la suite...

Bilan : la politique confédérale

convention"Sans conteste possible, la défense de notre capacité professionnelle et de notre dimension médicale a été au cœur de l'action que j'ai menée durant ces trois ans."

Lire la suite...

Négos : 110 millions de revalorisation obtenus...


visuel convention siteL’avenant n° 2 à la Convention Dentaire a été signé hier à la CNAMTS, conformément à la décision du Conseil des Départements Extraordinaire du 13 avril 2012.

 

Y avait-il urgence à signer cet avenant ?
Oui. Il était impératif de signer avant les présidentielles pour nous mettre à l’abri d’une alternance possible. Qui songera, au lendemain des élections, à remettre en cause un avenant qui vient d’être signé par l’UNCAM, l’UNOCAM et le Syndicat majoritaire ?

Lire la suite...

Validité de la Convention

 

validite de la conventionCertains représentants syndicaux affirment aujourd’hui que la Convention dentaire n’a plus d’existence légale en s’appuyant sur le fait que le texte indique qu’elle a été conclue pour 5 ans. Ces représentants semblent oublier que la loi a une valeur supérieure aux Conventions : c’est le code de la Sécurité sociale qui définit dans ses articles L.162-1 à 162-20 les contenus et les dispositions relatives aux conventions.

Lire la suite...

L'Autorité de la concurrence déboute les prothésistes : pas de vente directe aux patients

 

logo autorite concurrenceL’Autorité de la concurrence vient de débouter le syndicat national des fabricants de prothèse qui souhaitait instaurer une vente directe des prothèses aux patients. En effet pour ce syndicat, la «vente» des prothèses par les chirurgiens-dentistes était constitutive d’une entrave à la concurrence, les patients devant avoir la possibilité de choisir leur prothésiste et de le rémunérer directement !

 

Suite aux auditions des parties concernées en février dernier, l’ Autorité vient de rendre son avis. Elle considère qu’il est impossible de «remettre en cause le monopole d’exercice de l’art dentaire». Elle ne peut en effet, au nom de la concurrence, s’opposer au code de la Santé publique !

 

Cependant elle formule des préconisations pour renforcer la mise en concurrence des chirurgiens-dentistes par les patients, «notamment en réduisant l'asymétrie d'information relative à l'offre de soins disponible et en favorisant la transparence dans la décomposition du prix».

Lire la suite...

Les injections d'acide hyaluronique relèvent pleinement de notre capacité professionnelle.

 

acide-hyaluroniqueLundi, la secrétaire d’État à la santé Nora Berra mettait le feu aux poudres en déclarant sur rtl.fr que les chirurgiens-dentistes auraient bientôt interdiction de procéder à des injections d’acide hyaluronique, au motif que de telles pratiques relèvent de la compétence exclusive des médecins.
 
Aussitôt, la CNSD et l’Ordre national des chirurgiens-dentistes, n’ont eu de cesse de dénoncer auprès du cabinet de Xavier Bertrand cette exclusion injustifiée, constitutive d’une atteinte insupportable à la capacité professionnelle des chirurgiens-dentistes.
 
Par voie de communiqué de presse et d’interviews (Le Figaro, l’AFP,…), Roland L’Herron a ainsi  rappelé que le code de la santé publique permet aux chirurgiens-dentistes de pratiquer de telles injections et qu’elles sont indispensables pour reconstruire une expression faciale, rendre l’harmonie au visage, soutenir la lèvre supérieure, notamment dans le cadre de traitements de réhabilitation prothétique.
 
Ces arguments ont été entendus par le cabinet du ministre de la santé qui vient de confirmer que l’injection d’acide hyaluronique relève de la capacité professionnelle des chirurgiens-dentistes.
 
Nous nous félicitons de la manière dont nous avons su, conjointement avec l’Ordre, mener ce dossier dans une synchronisation remarquable pour en assurer la réussite.



+ d'infos :


Votre cnsd.fr expliqué en 2 minutes en vidéo

 

 

capturesitevideoEspace info, pro, services, outils, carte interactive avec vos représentants dans les départements, CDF consultable en ligne, fonction commentaire, etc.
En deux minutes cette vidéo vous livre

Lire la suite...

Site développé par Médialis