Fermeture des cabinets : les départements se mobilisent

La CNSD appelle les chirurgiens-dentistes à fermer leur cabinet pendant le Congrès de l’ADF, afin de montrer la détermination de la profession à défendre une médecine bucco-dentaire moderne. Au sein des départements, la mobilisation s’organise.
 
Une semaine de formation, mais aussi une semaine de lutte. La CNSD appelle à la mobilisation pendant le prochain Congrès de l’ADF, du 27 novembre au 2 décembre. Cette action vient en complément de celles entreprises depuis le mois de mars pour lutter contre le règlement arbitral – qui n’est pas annulé mais seulement suspendu jusqu’au 1er janvier 2019 – mais aussi pour dénoncer le « zéro reste à charge » du gouvernement.
 

#DentisteMobilisé

 
L’avenir de la profession dentaire est en jeu, la santé bucco-dentaire des Français également. « Cela fait près de 30 ans que la Sécurité sociale et les gouvernements successifs ont laissé s’instaurer et s’aggraver une situation de déséquilibre économique des honoraires des actes médicaux de chirurgie dentaire : en restreignant fortement par l’opposabilité, la progression des honoraires de soins, tout en laissant libres les autres », rappelle Christophe Barbou, président du Syndicat de Charente-Maritime exerçant à La Rochelle.

Les complémentaires santé, devenues principaux payeurs, ne jouent pas toutes le même jeu, notamment dans le domaine de la prévention et de l’accès aux soins. Le règlement arbitral fragilisera économiquement les cabinets dentaires par le grand nombre et les niveaux de plafonnements annoncés, ainsi que par ses clauses de sauvegarde. Or, les cabinets doivent pouvoir continuer à investir dans de nouveaux équipements, maintenir et embaucher du personnel qualifié et dispenser des soins de qualité à leur juste valeur. « Je fermerai donc mon cabinet durant la semaine complète et je me rendrai au Congrès de l’ADF dès le mercredi matin, car me former est une priorité pour moi : je souhaite en effet exercer une médecine bucco-dentaire moderne », poursuit le chirurgien-dentiste. « Fermer toute la semaine va me pénaliser, car les charges du cabinet continuent à « courir » mais l’enjeu est de taille. Nous devons nous mobiliser maintenant, alors que les négociations conventionnelles sont en cours. Si cela peut peser sur les propositions de l’Uncam, donner de la puissance à nos négociateurs, cela en vaut la peine ! »

Dans son cabinet, trois affiches ornent d’ores et déjà les murs : une sur la nécessité, pour les patients CMU-C et ACS, d’avoir une 
carte Vitale mise à jour pour bénéficier du tiers-payant, une sur les tarifs de soins bloqués depuis trois décennies, et une sur la menace que le règlement arbitral fait peser sur la profession dentaire. D’autres, diffusées par la CNSD et téléchargeables sur le site www.cnsd.fr, reprenant le slogan #DentisteMobilisé, les rejoindront d’ici peu.
(...)

Retrouvez la suite de l'article dans le CDF n°1775 du 16 novembre (p.5-7)
 
 
"En leur expliquant, les patients réalisent
que nous sommes des entreprises de santé"


Alexandre Nairi, président du syndicat CNSD06

« Nous devons faire entendre notre voix »
 
« Je travaillerai le lundi pour des questions d’organisation mais je fermerai mon cabinet le reste de la semaine et j’accrocherai une grande banderole au balcon de mon cabinet, avec le slogan “dentiste en grève“. Je m’assurerai bien sûr qu’un service de garde est prévu, pour qu’il y ait, malgré tout, une réponse pour les patients en difficulté.

Cette mobilisation est importante. L’enjeu est énorme. J’exerce depuis les années 1980 et, depuis, je vois bien que les conditions d’exercice changent. Les tarifs des actes pour les patients bénéficiant de la CMU ne correspondent plus à aucune réalité et, depuis qu’ils ont été étendus aux patients bénéficiant de l’ACS, cela devient difficile à gérer pour nos cabinets. Avec le tiers payant généralisé obligatoire, qui va nous tomber sur la tête un jour où l’autre, les patients risquent de ne plus avoir conscience de ce que coûtent réellement les traitements. Cela pose la question de leur responsabilisation.

Enfin, le gouvernement et l’Assurance maladie s’immiscent de plus en plus dans nos traitements et veulent plafonner nos honoraires, contre quelques centimes si nous sommes sages. C’est le sens du règlement arbitral. À terme, les complémentaires santé feront de même et là, ce sera la catastrophe. Déjà, quand nos patients leur envoient un devis, elles leur proposent de consulter un chirurgien-dentiste de leurs réseaux pour payer moins cher !

Auparavant, il y avait une véritable estime, une confiance entre nos patients et nous. Il y avait un véritable dialogue soignant- soigné pour trouver des modalités de paiement, voire, pour certains soins et certaines personnes en difficulté financière, pour soigner ces personnes de manière gracieuse. Cela devient plus compliqué. Un vrai tournant s’annonce. Nous devons faire entendre notre voix et faire en sorte que le gouvernement comprenne que les chirurgiens-dentistes ne sont pas des voleurs. »
 
Gérard Bordone
chirurgien-dentiste exerçant à Nice

































 
 
"Mes patients prennent conscience des risques.
Ils savent aujourd’hui que notre mouvement n’est pas un mouvement corporatiste"


Marie-Bénédicte Berthou,
présidente du syndicat CNSD21


« Une belle occasion de démontrer notre colère »
 
Celui qui veut faire quelque chose cherche un moyen, celui qui ne veut rien faire cherche une excuse... Voilà bien un adage qui se vérifie toujours et dont nous constatons régulièrement les illustrations... Notre syndicat nous appelle à fermer nos cabinets à la fin du mois pendant une semaine et c’est là une belle occasion de démontrer notre colère, notre détermination et notre unité. Inutile d’écrire une fois de plus que nous sommes toujours sous règlement arbitral, que tout reste à faire, que le statu quo ou le retour en arrière est d’ores et déjà impossible.... Il est donc fondamental que nos représentants et négociateurs puissent compter sur notre soutien et sur notre combativité. Nous serons nombreux, je le pense, à fermer nos cabinets et cela est bien car nous ne devons pas laisser à d’autres la charge de mener sans nous notre combat...
 
Autour de nous pourtant, monte et résonne parfois la petite musique de  l’excuse, «mon agenda est déjà rempli », « une semaine c’est trop long », « je ne peux pas laisser ainsi mes patients ». Pourtant, pendant des années, on nous a répété qu’un jour était insuffisant pour être efficace et qu’une semaine, « ça, cela aurait de la gueule ! ». Bref, les excuses, il y en a plein.... Les moyens, pour l’instant et dans l’immédiat, il n’y en a qu’un pour nous : fermons nos cabinets pendant la semaine de l’ADF !
 
Michel Dumay
secrétaire général CNSD 45
 


























 


"Je fermerai mon cabinet
durant la semaine complète"

Christophe Barbou,
président du Syndicat CNSD17


Négociations conventionnelles an II – Épisode 3

 

nego conventionnelle reunionLe vendredi 10 novembre 2017, s’est déroulée au siège de la CNAMTS, une séance de négociation portant sur 3 thèmes essentiels contenus dans les orientations de la ministre de la Santé à savoir : la prévention, la pertinence et la qualité des soins, sujets au cœur de la future Stratégie Nationale de Santé.

 

Nicolas REVEL a ouvert la séance en précisant que cette séance n’aborderait pas les valorisations des actes, ni les plafonds, mais des dossiers qui doivent nous permettre d’avancer sur des sujets «que nous devons défraîchir et dont j’attends des débats fructueux».

 

Après la présentation du diaporama de la CNAMTS qui reprenait certaines idées présentées précédemment par les représentants des chirurgiens-dentistes, chaque syndicat a développé ses propositions sur les trois thèmes : on peut noter de grandes convergences, mais aussi quelques divergences.

 

Dans le diaporama de la CNSD, une partie importante est consacrée à une nouvelle approche de la maladie carieuse qui a retenu toute l’attention du directeur général de l’UNCAM. Il a demandé les études sur lesquelles ont été fondées les analyses et propositions. À noter l’expertise apportée dans ce dossier par le Pr Sophie DOMEJEAN, le Dr Marco MAZEVET et le Pr Nigel PITTS.

 

La CNSD a aussi mis l’accent sur la responsabilisation du patient, dont le parcours vertueux pourrait être la porte d’entrée vers le "zéro reste à charge".

 

En matière de prévention et sans préjuger des financements, il semble acquis que certaines des propositions formulées dans cette séance seront retenues. Les séances du 29 novembre et du 15 décembre permettront d’en savoir plus.

 

DOSSIER NEGO

Episodes précédents :

 

 

 

Congrès CNSD 2018

 

logo congres cnsd18 homeLa Confédération tiendra son 14e Congrès du 9 au 12 mai 2018 sur la Presqu’île de Giens.

 

Moment fort de la CNSD, les délégués des 100 syndicats départementaux vont se rassembler pour élire une nouvelle équipe. Le Congrès va définir l'orientation politique de la CNSD pour les 4 prochaines années, en votant les motions et directives présentées par les Pôles techniques.

 

Vous trouverez prochainement sur le site confédéral, le programme complet, les candidats, les infos sur la Presqu’île de Giens, les excursions, ...

 

Site développé par Médialis