Blanchiment : un arrêté ministériel clarifie la situation

visuel-blanchimentL’arrêté transposant en droit français la directive européenne sur les produits de blanchiment vient de paraître au Journal Officiel, confirmant les conditions d'utilisation et la concentration en peroxyde d'hydrogène.

 

Ainsi pour les produits bucco-dentaires (produits de rinçage buccal, dentifrices, produits de blanchiment ou d’éclaircissement des dents grand public), la concentration doit être inférieure à 0,1% de H2O2 présent ou dégagé.


En ce qui concerne les produits de blanchiment et d'éclaircissement des dents dont l'usage est réservé exclusivement "à des praticiens de l’art dentaire", l'arrêté mentionne une concentration maximale autorisée de peroxyde d'hydrogène (H2O2) présent ou dégagé de 6%.

Lire la suite...

La présidente de la CNSD revient sur son entrevue avec la ministre

Catherine Mojaïsky, présidente de la CNSDA la suite de sa rencontre avec Marisol Touraine, la présidente de la Confédération, Catherine Mojaïsky, vous livre en vidéo son analyse sur cette première prise de contact avec la ministre de la santé. Voir la vidéo

Lire la suite...

Catherine Mojaïsky - Marisol Touraine : une rencontre et 18 propositions


18mesuresentretienLe 7 septembre, Catherine Mojaïsky a rencontré Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé ainsi que Jean-Luc Névache, son directeur de cabinet. Ce fut l’occasion de leur remettre le manifeste de la CNSD intitulé « 18 mesures pour sauver l’exercice libéral en médecine bucco-dentaire ». Un programme d’action qui a vocation à être porté par toute la profession.



Le Chirurgien-Dentiste de France : Quel est l’objectif de ce manifeste ?
Catherine Mojaïsky : L’idée était d’arriver dans le bureau de la ministre, comme dans celui de l’ensemble des décideurs politiques que nous rencontrerons dans les prochains mois, avec un certain nombre de propositions structurées, cohérentes et précises. Nous avons donc repris les orientations définies lors de nos Conseils des départements et du Congrès, et les avons formalisées pour obtenir dix-huit mesures destinées à « sauver l’exercice libéral en médecine bucco-dentaire ». Avec le petit clin d’œil au numéro 18, celui des pompiers, de manière à laisser entendre que s’il n’y a pas le feu, nous n’en sommes pas loin, et que si nous ne faisons rien dans les années à venir, l’exercice libéral dentaire et l’accès aux soins des patients ne fonctionneront plus.

Lire la suite...

Site développé par Médialis