Les injections d'acide hyaluronique relèvent pleinement de notre capacité professionnelle.

 

acide-hyaluroniqueLundi, la secrétaire d’État à la santé Nora Berra mettait le feu aux poudres en déclarant sur rtl.fr que les chirurgiens-dentistes auraient bientôt interdiction de procéder à des injections d’acide hyaluronique, au motif que de telles pratiques relèvent de la compétence exclusive des médecins.
 
Aussitôt, la CNSD et l’Ordre national des chirurgiens-dentistes, n’ont eu de cesse de dénoncer auprès du cabinet de Xavier Bertrand cette exclusion injustifiée, constitutive d’une atteinte insupportable à la capacité professionnelle des chirurgiens-dentistes.
 
Par voie de communiqué de presse et d’interviews (Le Figaro, l’AFP,…), Roland L’Herron a ainsi  rappelé que le code de la santé publique permet aux chirurgiens-dentistes de pratiquer de telles injections et qu’elles sont indispensables pour reconstruire une expression faciale, rendre l’harmonie au visage, soutenir la lèvre supérieure, notamment dans le cadre de traitements de réhabilitation prothétique.
 
Ces arguments ont été entendus par le cabinet du ministre de la santé qui vient de confirmer que l’injection d’acide hyaluronique relève de la capacité professionnelle des chirurgiens-dentistes.
 
Nous nous félicitons de la manière dont nous avons su, conjointement avec l’Ordre, mener ce dossier dans une synchronisation remarquable pour en assurer la réussite.



+ d'infos :


Votre cnsd.fr expliqué en 2 minutes en vidéo

 

 

capturesitevideoEspace info, pro, services, outils, carte interactive avec vos représentants dans les départements, CDF consultable en ligne, fonction commentaire, etc.
En deux minutes cette vidéo vous livre

Lire la suite...

Centres dentaires low cost, vers quelle santé s'oriente-t-on ?

cabinet-lowcost Depuis quelques jours, la presse se fait l'écho de nouveaux centres dentaires qui ont fait leur apparition à Lyon, Marseille, Vaulx-en-Velin et à Paris, cassant les prix de certains actes, notamment sur les implants et les couronnes, respectivement proposés, au centre de Paris, à 970 € et 390 €.  Face à l'émergence de ce nouveau phénomène, le président de la Confédération tient à rappeler que les fondements de la santé dentaire ne se résument pas aux seuls tarifs ! Il pointe du doigt les risques de la démarche même du low cost appliqué à la santé, qui dans les autres secteurs n'a entraîné ni montée en gamme ni accroissement de la qualité du produit vendu ou du service rendu...

Pour Roland L'Herron, cette initiative des cabinets low cost est l'illustration concrète du déséquilibre que la CNSD dénonce depuis 10 ans entre les tarifs des actes opposables et les actes à honoraires libres.

Lire la suite...

Site développé par Médialis