DPC : 2 mn de vidéo pour tout savoir

formation dpcAvoir accès à toutes les infos sur les formations, connaître à tout moment le montant de votre crédit personnel formation professionnelle, s'inscrire à une session de formation, contacter l'OGDPC, voici en deux minutes une vidéo qui vous aidera à franchir une à une les étapes pour prendre en main votre développement professionnel continu.

 

 



Pour vous inscrire www.ogdpc.fr

Pour en savoir +

 

Le DPC, kesako ? DPC n'est que l'acronyme de développement professionnel continu, défini ainsi par le ministère de la Santé. Le DPC a pour but de "réunir dans un concept commun les notions de formation professionnelle continue et d’évaluation des pratiques". Voilà pour la définition. Ce que vous devez aussi impérativement savoir, c'est qu'il est OBLIGATOIRE ! Chaque professionnel de santé doit une fois par an suivre une formation. Cette dernière est gratuite et indemnisée, si et seulement si vous respectez les conditions d'éligibilité.


Sur le même thème :
"Le DPC : simple, facile et obligatoire"

88 % des Français ont confiance en leurs chirurgiens-dentistes !

fraise dentiste Selon le dernier baromètre établi par l’institut Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité, les chirurgiens-dentistes ont toujours la cote auprès des français.

88 % d'entre eux avouent avoir toute confiance en leur praticien. D'après ce nouveau sondage, le capital confiance / sympathie de la profession gagne deux points si l'on se réfère à la précédente étude réalisée fin 2011.
Ce "score" traduit la perception de la profession par le patient lui-même à partir de critères tels que l'écoute, l'expérience, la disponibilité, la qualité des soins, les conseils apportés ou bien encore la réputation ou la sympathie. Des critères qui démontrent, pour notre profession qu'en dépit de régulières campagnes de désinformations médiatiques dont la profession fait les frais de manière récurrente, les chirurgiens-dentistes restent et demeurent des professionnels de santé sur lesquels on peut compter et avoir confiance.

Un capital confiance élevé, mais des tarifs eux aussi trop élevés...

Dans le détail, l'étude révèle que pour 85 % des Français leurs chirurgiens-dentistes semblent bien informés des nouvelles techniques médicales.

sondage cd 2013

Moins flatteur, 87 % estiment que les soins dentaires sont trop chers même si la tendance est à la baisse puisque en 2011 ils étaient 89 % à considérer ces mêmes soins trops honéreux.

Faut-il voir là la récompense des efforts déployés par la CNSD, qui ne cesse de rappeler que ce ne sont pas les coûts des soins qui sont problématiques, parmi les moins chers d’Europe faut-il le rappeller, mais leur très faible prise en charge par l’Assurance maladie, en totale perte de vitesse !

 

Pour + d'infos, consultez les résultats du sondage

« Bars à sourire » : les Ordres américains se rebiffent

 

AmericandentalassoLe « blanchiment » dentaire est un véritable business en Amérique du Nord et les bars à sourire y fleurissent, engendrant un marché de 11 milliards de dollars (8,5 milliards d’euros). Suite à l’action des conseils de l’Ordre, dans un nombre croissant d’États d’Amérique du Nord, les blanchiments sont désormais interdits aux non-titulaires d’un diplôme adéquat, chirurgiens-dentistes ou hygiénistes.

 

Il est en effet nécessaire de procéder à un détartrage et à un examen des dents avant tout traitement... comme dans la directive européenne de 2010 ! Les propriétaires de « bars à sourire » ont attaqué au plan juridique ces dispositions considérées comme contraires au droit d’établissement dit « entrepreneurial » dans la constitution américaine.

 

 Sur le même thème :

 

Le business du sourire dans l'émission de Canal Plus

Site développé par Médialis