La formation professionnelle continue

Il existe deux types de formation continue.

 

La FCO

 

La formation continue odontologique (FCO) est définie principalement par le décret n°2006-652 du 2 juin 2006. Ce décret répond à la loi de Santé publique du 9 août 2004 (art. 99) qui créait l'article L. 4143-1 du code de la santé publique.

 

L'article 1er de ce décret précise :

 

  • la création du CNFCO : missions, composition, fonctionnement. Le Conseil a été mis en mis en place officiellement le 26 juillet 2006.
  • la création des 11 CIRFCO représentant 11 régions administratives.
  • les indemnisations des membres, les frais...

 

L'article 2 concerne les rapporteurs.

L'article 3 précise que la FCO deviendra effective après l'installation des CIRFCO.

 

Les règles de validation de la formation continue odontologique sont définies par un arrêté d'application du 6 février 2007. Cet arrêté prévoit un barème de 800 crédits répartis sur 5 ans, avec un minimum de 150 crédits par an.

 

+ d'infos

 

Voir le dossier CNFCO sur le site de l'ONCD.

 

 

La FCC

 

La formation continue conventionnelle (FCC) fait l'objet du titre VIII de la Convention Dentaire Nationale de 2006.

 

Elle s'adresse à tous les chirurgiens-dentistes libéraux.

Ses thèmes sont définis par un Comité scientifique, validés par une Commission paritaire (CPN-FCC).

Rémunération : 315 euros par séance dans la limite de 8 jours par an.

L'organisme gestionnaire des actions de formation continue conventionnelle est la F3CD.

 

+ d'infos

 

Voir le dossier FCC sur Ameli.fr

 

Depuis la loi HPST

 

La loi portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST), parue au Journal officiel du 21 juillet 2009, a transformé la FCO en DPC (« développement professionnel continu »).

 

 

Le développement professionnel continu a pour objectifs l'évaluation des pratiques professionnelles, le perfectionnement des connaissances, l'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ainsi que la prise en compte des priorités de santé publique et de la maîtrise médicalisée des dépenses de santé.

 

Il constitue une obligation pour les chirurgiens-dentistes.

 

Les décrets d'application sont en attente de publication.

 

 

 

Site développé par Médialis