Nomination d'Agnès Buzyn : la CNSD attend de voir

 

cp home 2016La CNSD félicite Agnès Buzyn pour sa nomination au ministère des Solidarités et de la Santé et lui souhaite de réussir dans sa nouvelle et difficile mission. Elle espère qu’elle saura très vite rétablir la confiance entre les chirurgiens-dentistes et les pouvoirs publics particulièrement mise à mal ces dernières années.

 

Pour Catherine Mojaïsky, présidente de la CNSD « C’est une nouvelle page dans les relations entre les chirurgiens-dentistes et les pouvoirs publics qu’il va falloir écrire. Les chirurgiens-dentistes sont prêts à construire avec vous la médecine bucco-dentaire de demain … mais ne commettez pas l’erreur de la faire sans eux ! ».

 

L’ancienne ministre de tutelle n’ayant jamais daigné rencontrer les représentants de la profession, les chirurgiens-dentistes ont vécu cinq années d’un mépris sans précédent avec pour « point d’orgue » le règlement arbitral destructeur qui leur a été imposé.

La CNSD prend acte de l’intention de la nouvelle ministre, qui lors de sa prise de fonction, a déclaré vouloir agir dans « un style différent ». Au delà du style qui laisse espérer une prise de contact rapide, la profession attend du concret, notamment une suspension du règlement arbitral et une réponse au problème posé par les actes opposables sous-valorisés.

 

Agnès Buzyn, figure de la société civile dans le domaine médical, aura désormais la responsabilité de mettre en œuvre le programme santé et protection sociale d’Emmanuel Macron :

  • Certaines mesures sont engageantes : le dialogue sur le règlement arbitral, la promotion de la prévention, l’ouverture entrepreneuriale…
  • D’autres interpellent la CNSD qui s’interroge par exemple sur « la prise en charge à 100% des prothèses dentaires » et sur les 2,4 milliards d’euros du reste à charge des patients dont il ne saurait être question que les chirurgiens-dentistes fassent les frais, alors qu’ils supportent depuis des décennies des tarifs imposés en dessous des pratiques habituelles.

 

Pour un meilleur accès aux soins pour tous, la CNSD réclame depuis des années une réforme globale qui aille dans le sens notamment d’une plus grande prise en charge des actes de prévention et d’un investissement dans ceux qui permettent la transition vers des techniques modernes et conservatrices, autant de mesures qui répondraient aux attentes des patients et qui respecteraient leur libre choix.

 

La CNSD se tient à la disposition de la nouvelle ministre pour travailler sur le dossier du bucco-dentaire. Mais, il faut très vite qu’elle renoue le dialogue et écoute la profession.

 

Téléchargez le communiqué de presse du 19 mai 2017

 



Site développé par Médialis