La CNSD au ministère de la Santé : une lueur d'espoir

 

cp home 2016Depuis l’arrêt des négociations conventionnelles fin janvier, et la mise en place dans la précipitation du Règlement arbitral par Marisol Touraine, les chirurgiens-dentistes ne décolèrent pas. C’est tout autant l’avenir des cabinets dentaires qui est en jeu, que la qualité-sécurité des soins qui seront délivrés au patient.

 

Le combat de la profession est engagé tant sur le terrain via une mobilisation générale, que juridiquement. Ainsi, la CNSD a déposé le 24 mai une requête auprès du Conseil d’Etat contre le Règlement arbitral, assortie d’une demande de QPC (Question prioritaire de constitutionnalité) visant l’article 75 de la LFSS 2017 lequel a créé une dérogation autorisant ce Règlement arbitral.

 

Parallèlement, la CNSD a demandé, dès la constitution du nouveau gouvernement, qu’un dialogue se mette en place, afin de pouvoir sortir par le haut de cette situation conflictuelle préjudiciable à tous. Une demande de rendez-vous a été faite auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, préalable indispensable à une réouverture des discussions.

Aujourd’hui, une première étape a été franchie : une rencontre a eu lieu entre les représentants de la CNSD et le conseiller de la ministre, Jacques-Olivier Dauberton. Un échange franc et direct a permis de rappeler les raisons du conflit actuel et d’entrer au cœur du sujet : le déséquilibre du financement des soins dentaires, les dérives qui en résultent… et l’ampleur du chantier nécessaire pour redonner une cohérence à l’activité des chirurgiens-dentistes en privilégiant la pertinence et le juste soin. Le conseiller de la ministre a fait preuve d’une réelle écoute, tout en nous rappelant l’objectif affiché du président de la République en matière d’accès aux soins dentaires.

 

Pour la CNSD, la prochaine étape sera une rencontre avec la ministre, Agnès Buzyn, qui pourrait confirmer cette volonté d’écoute envers une profession en souffrance. Des signes tangibles de déblocage seront alors nécessaires pour une sortie de crise, un retour vers la table des négociations et un travail de fond sur la place de la médecine bucco-dentaire au cœur du système de santé.

 

Téléchargez le communiqué de presse du 9 juin 2017

 



Site développé par Médialis