Patients mutilés : Catherine Mojaïsky s'insurge contre des pratiques scandaleuses

 

mutilationRTLScandaleux, honteux, irresponsable, voilà quelques-unes des réactions qui ont suivi la diffusion, dans l'édition du Parisien du 15 janvier, de l'information selon laquelle certains praticiens exercant dans des centres de santé mutileraient des patients. Invitée à témoigner sur RTL, Catherine Mojaïsky condamne ces pratiques de "ripoux" et un modèle économique...

D'après le quotidien Le Parisien, le syndicat CFDT-Santé dénonce depuis plusieurs semaines les pratiques illégales de deux praticiens officiant dans les centres de santé du Cosem, une association à but non lucratif, à Paris.

invitée ce matin à réagir sur ces soupçons de mutilation en direct de l'antenne de RTL, Catherine Mojaïsky s'est insurgée devant l'avidité de "certains malins qui ont trouvé un modèle économique qui leur permet de ne réaliser que les actes qui sont à tarifs libres, normalement mal remboursés, mais qui profitent de patients solvabilisés pour réaliser tranquillement des actes prothétiques non justifiés en donnant l'impression de rendre service aux patients".
Retrouvez dès maintenant le Podcast de l'interview de la Présidente de la CNSD.

 

Catherine Mojaïsky l'a dit aussi...
" Depuis longtemps la CNSD tire la sonnette d’alarme sur les risques de soins conservateurs à honoraires très bas fixés par les caisses. Le déséquilibre entre ces honoraires opposables sous-évalués et les honoraires libres des traitements prothétiques sont sources de dérives. Les cabinets low cost qui s’installent un peu partout en France et dont une certaine presse se félicite au vu des tarifs prothétiques moins élevés que ceux des praticiens libéraux, en sont une des conséquences.

Ces cabinets négligent les soins de base peu rémunérés pour ne retenir que les actes financièrement rentables.

L’une des solutions à ces dérives est la revalorisation des soins de base comme ne cesse de le réclamer la CNSD ".



Site développé par Médialis