banniere-cnsd-allongee-land

visuel home fp

Les Cahiers du CDF

Patients détournés : agissez préventivement !

visuel flyer reseauxCertaines plateformes ou assurances complémentaires ont une fâcheuse tendance à proposer aux patients, auxquels un devis a été remis par leur chirurgien-dentiste traitant, de s'adresser à un praticien de leur "réseau". Vous pouvez avertir les patients des déviances d'un système exclusivement financier.

 

Agissez préventivement grâce au flyer élaboré par la CNSD à remettre au patient avec son devis légal.

 

Retenez aussi l'adresse pour envoyer vos témoignages sur les détournements, accompagnés des documents reçus par vos patients et leurs propres témoignages écrits (non anonymisés pour les noms) à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

flyer reseaux soins juin15

Défendre le libre choix et la relation de confiance

 

visuel reseaux1L'envoi de courriers aux patients, émanant de plateformes de services assurantielles ou de complémentaires et ébranlant les principes de confiance et de libre choix, appelle à une réaction de la CNSD. Par des outils d'argumentation venant s'ajouter à la remise du devis, le praticien est en capacité de contrebalancer l'« asymétrie de l'information » si souvent dénoncée.

 

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous faire remonter des courriers reçus par vos patients, à la suite de l'envoi à leur complémentaire du devis que vous avez réalisé pour leur traitement. Ces courriers émanent d'organismes qui leur indiquent que « leur dentiste est trop cher » et qu'en appelant un numéro de téléphone salvateur, ils pourraient « économiser des sommes importantes ». Ou bien encore, indiquant des moyennes d'honoraires régionales sorties d'on ne sait où et invérifiables.

 

De quoi s'agit-il ? Ces organismes sont des plateformes de service créées par des assureurs, des mutuelles ou des instituts de prévoyance afin, entre autres, de traiter le devis que vous avez remis à votre patient et que ce dernier a envoyé à sa « mutuelle » pour connaître ses prestations et son reste à charge. À la suite de ce traitement administratif classique, la plateforme effectue une étude statistique. Lorsqu'elle décide de la valeur excessive de vos honoraires, elle conseille à votre patient d'aller se faire soigner plutôt chez un chirurgien-dentiste de son réseau afin de bénéficier d'un traitement moins coûteux. Ce chirurgien-dentiste a signé un accord avec la plateforme et s'est engagé, moyennant un apport de clientèle (difficile de parler de patient dans ce système !), à respecter les plafonds d'honoraires imposés par l'assureur. La mise en concurrence des chirurgiens-dentistes assujettis aux organismes complémentaires santé avec leurs confrères se fait avec la bénédiction du gouvernement et de l'Autorité de la concurrence. Elle favorise, selon eux, l'accès aux soins des « consommateurs » (c'est désormais le terme utilisé par nos technocrates !), mais elle permet aussi d'occulter les responsabilités des assureurs dans le désengagement global de la médecine bucco-dentaire.

 

Revenons à votre patient qui vient de recevoir le courrier en réponse à sa demande d'information sur ses prestations. Le contenu est stigmatisant et rédigé de manière à semer le doute et ébranler sa confiance en vous. Dans le meilleur des cas, il vous interpellera sur le montant de vos honoraires et vous demandera de vous justifier, dans le pire, il ira voir votre confrère adhérent du réseau pour faire sa prothèse, son traitement de parodontologie ou d'ODF, sans même vous en parler.

 

Les chirurgiens-dentistes qui cèdent aux chants des sirènes de ces structures et signent les accords individuels non négociés, le font parfois pour rendre service à leurs patients, mais pensent aussi qu'ils gonfleront ainsi leur chiffre d'affaires et leurs résultats. Sans se soucier des effets pervers et mercantiles de cette démarche, ils oublient qu'en se soumettant à ces organismes, ils vont perdre le contrôle de leur cabinet et seront pris dans un engrenage qui finira par les broyer. Des études concordantes montrent qu'au-delà de 20 %* de « clients » adressés par une même plate-forme, la structure des soins n'appartient plus à son propriétaire mais à son « fournisseur » !

 

 

flyer reseaux soins juin15

 

La CNSD a décidé d'agir en amont de la réception du courrier en provenance de la plateforme ou de la complémentaire, en créant le document à télécharger destiné à parer la déstabilisation et la perte du patient provoquées par la réponse de la complémentaire à la demande de renseignements sur ses prestations. Il est essentiel de l'informer sur les pratiques de certains réseaux de soins. À la fin de l'établissement du plan de traitement et lors de la remise du devis, le chirurgien-dentiste doit informer son patient du risque de détournement de la part de la complémentaire ou de sa plateforme, et de la tentative de rupture de la relation de confiance établie. Nous vous invitons donc à remettre ce feuillet à vos patients avec chaque devis réalisé. Il appartient maintenant à chacun de vous de mener la lutte au quotidien contre le détournement de patientèle. Il en va de la survie de votre liberté d'honoraires et de la relation de confiance entre votre patient et vous, mais aussi de sa liberté de choix de son praticien !

À utiliser sans modération !

 

Dr Gérard Morel

Vice-président

 

 

 

Téléchargez le dossier complet

 

Sur le même dossier :

 

*Source : Charte relations fournisseurs – cabinet conseil Kurt Salmon – Édition 2014.

 

Les + du CDF n°1668 / Les réseaux en ?

 

lesducdf reseauxLes réseaux assurantiels qu'ils soient ouverts, fermés, négociés, non négociés se multiplient et prennent de plus en plus d'importance dans la relation entre praticien et patient. Au prétexte de favoriser l'accès aux soins, ils créent une nouvelle concurrence basée exclusivement sur les tarifs. À travers ce dossier, vous découvrirez la manière dont la CNSD entend défendre les praticiens et les patients face à des dérives de plus en plus fréquentes...

 

En complément du dossier « Les réseaux en question » paru dans le CDF n°1668 du 25 juin et disponible via l’application CDF, voici quelques éléments indispensables.

 

 

 

 Téléchargez le dossier complet

 

Sur le même sujet :

 

 

 

 

 



Site développé par Médialis